martes

ANA ROSSI - "Historiographies premières"

Dans ces vers rythmés au fil de l’eau, des traversées, et du chemin du milieu, la mémoire des africains réduits en situation d’esclavage pulse au cœur de toutes les Amériques, épousant des formes poétiques, langagières inédites. Arrivés sans nom, ces nouveaux venus ont colonisé le continent américain. Accompagnés des sonorités nouvelles aujourd’hui en pulsation dans les langues officielles, les mémoires africaines se recréent dans un contexte où les origines du là-bas se structurent dans celles d’ici, trames qui tissent les pores de la langue. L’épopée est là, plus pressante que jamais, dans la sonorité des bras et des corps, de la nouvelle langue à apprendre. Et les voix se mêlent. Les chants qui en découlent s’arriment aux terres du continent américain, ils y laissent leur empreinte au sein de mémoires jumelées à d’autres historiographies, mémoires recréées dans les interstices de l’histoire officielle. Histoire non pas une, mais plurielle, en construction que pratiquement quatre siècles d’esclavage n’ont pas réduit au silence. Au contraire, les chants de la déportation, blessure vive de l’épopée du continent noir, jaillissent au sein d’autres formes sur les terres américains que la poétesse évoque avec la verve de l’histoire toujours en mouvement. D’où « historiographies premières » pour saisir ces voix, ancrages au-delà de toute histoire officielle.

Ana Rossi nous fait naviguer dans ces cales et dans les territoires américains où la mémoire africaine prend pied. Fine voix d’abord, elle croît et essaime, peu à peu, le continent américain où, loin de s’éteindre, elle émerge plus vivante que jamais. Une saga qui est celle d’un peuple entier, tout au long des Amériques.

ANA ROSSI, Historiographies premières,
Collection 3 Poésie française, Arcoiris Éditions, 2008.
Contacts: www.anarossi.org/

Publicar un comentario en la entrada
 
Elegant de BlogMundi