jueves

INGRID TEMPEL (1947)

Voyage à la mémoire

Dans la distance elle a recomposé nos territoires
et sans reconaître la mort qui dans sa poitrine
avance inexorablement.
elle a tenté de me fléchir une fois encore.
Mais de ce duel de volontés personne ne sortira vainqueur
el lorsque je serai partie
les chats faméliques envahiront la maison abandonnée
ignorant que la sorcière insatiable
pourrit lentement au bord de la mer.
Cuisinière qui dans ton ignorance t'es blindée de haine
appelle-moi pour que la nuit je fasse fuir tes bouchers
convoque-moi quand la terreur t'empêche de te défendre
mens-moi même si tu ne reconnais jamais
qu'au-delà des brefs plaisirs quotidiens
tu n'as jamais osé défier ta religion.
Moi qui ai enfreint tous les tabous
et gardé congelée la mémoire de la douleur
Je suis venue de loin pour te pardonner
avant que la mort ne close pour toujours
ta bouche sans pitié.

Publicar un comentario en la entrada
 
Elegant de BlogMundi